HUSSERL SUR KANT ET LA LOGIQUE FORMELLE

UNE "REMARQUE HISTORICO-CRITIQUE" DE HUSSERL SUR L'INTERPRETATION KANTIENNE DE LA LOGIQUE FORMELLE.

(Edmund HUSSERL,Logique formelle et logique transcendantale, § 100, tr.fr. de Suzanne BACHELARD,pp.341-354)

_______________________________________________________________

Peut-être ne rend-on pas suffisamment justice à Husserl quand on se représente son système comme se développant d'une façon autonome et quasi-aveugle au contexte des sciences de son temps et à leur développement.Ce serait oublier la menace -pas seulement philosophique,mais réelle en terme de postes universitaires-représentée par l'influence prédominante

du néokantisme en Allemagne,et,en Autriche, la rivalité entre le courant issu de Brentano et le néo-positivisme du wiener Kreis.La pensée française,si l'on excepte les travaux de Henri Dussort, tôt disparu,n'a eu que trop tendance a lire Husserl dans le prolongement de Heidegger,et Heidegger lui-même ,en dépit de ses protestations,avec les lunettes de Sartre.

C'est ainsi qu'en dépit des travaux de Jean Cavaillès,il s'en produit une ignorance réciproque entre, d'une part,l'épistémologie bachelardienne et ,d'autre part,ce qu'il est convenu de nommer le courant analytique anglo-saxon, triplement influencé par sa source russellienne,le néo-positivisme et la pensée de Wittgenstein.

Or,par la nature même de ses premières recherches,consacrées aux mathématiques puis à la logique,comme par le noyau kantien de sa philosophie,Husserl était bien placé pour porter le regard "historico-critique"dont nous allons brièvement traîter. 

 Que signifie une perspective "phénoménologique" en philosophie,mais aussi en épistémologie ? Je retiendrai deux critères.Cela consiste à la fois à travailler à partir de bases sensibles,à partir de l'expérience d'un sujet,et à s'élever,génétiquement,à des 'idéalités' accessibles intuitivement à partir des data sensibles originaires.

On s'est étonné de l'intérêt très tôt manifesté par Husserl non seulement pour La psychologie d'un point de vue empirique,de Brentano,mais aussi pour les oeuvres de Locke et de Hume.Or ce sensualisme originaire qui ne s'est jamais démenti ,au point d'induire parfois une confusion regrettable entre psychologie et phénoménologie,et de susciter la critique de Frege,

il prétend l'avoir trouvé dans Kant.Mais,une seconde source de la phénoménologie se trouve aussi,paradoxalement,dans la critique du "psychologisme",c'est-à-dire dans l'interprétation des sciences logico-mathématiques en termes de savoir a priori,ou comme il le dit lui-même,d'idéalités,expression reprise par Desanti

comme titre d'un ouvrage qui bénéficia naguère d'une certaine notoriété.Venons -en aux reproches que Husserl adresse à l'interprétation kantienne de la logique formelle.Il note ,au terme  de ses remarques : "On peut dire que les plus grandes entraves,obscurités,difficultés avec lesquelles Kant eut à combattre dans sa sphère de problèmes

et qui rendent si difficile de trouver dans ses théories la satisfaction de sa pleine clarté sont précisément qu' il n'a pas reconnu le problème transcendantal de la logique comme un problème précédant cette sphère de problèmes.Car si la possibilité transcendantale de la nature au sens de la science de la nature ( par conséquent aussi cette science elle-même)

est son problème,alors le problème logico-formel de la science en tant que théorie (et à vrai dire en tant que problème transcendantal) entre déjà à titre de présupposition essentielle  dans le problème de la nature.Mais pour Kant,il est suffisant d'avoir recours à la logique formelle dans sa positivité a priorique,

ou,comme nous disons,dans sa naïveté transcendantale.Elle est pour lui un absolu,une base ultime,sur laquelle la philosophie,d'emblée aurait à construire.(...)Il était ainsi entièrement non-fortuit que la phénoménologie elle-même à sa naissance,prit le chemin qui va de la mise en évidence de l'idéalité des formations logiques

à l'exploration de leur constitution subjective et qui à partir de là seulement conduit à la saisie de la problématique constitutive conçue comme une problématique universelle et non pas seulement rapportée aux formations logiques ."(Logique formelle et logique transcendantale, ch.VI,§100,tr.S.Bachelard,PUF 1965,pp.353-354)

C'est avec une grande lucidité et une grande radicalité que Husserl juge la problématique kantienne d'une double logique,formelle et transcendantale.Si Kant a bien jeté les bases d'une théorie d'une science de la nature (des concepts et des principes qui rendent possible une science a priori de la nature),

et s'il s'est efforcé de montrer que cette théorie s'enracine dans l e pouvoir de l'unité synthétique originaire de l'aperception,il n'a pas jugé bon d'entreprendre la tâche qui devrait pourtant s'imposer comme absolument prioritaire ,celle de fonder la logique formelle elle-même

plutôt que de se fier à une simple présentation systématique ,elle -même tirée d'une analyse des fonctions du jugement pourtant bien disparates.Une telle tâche ,que Husserl s'est proposée dans l'ouvrage éponyme,est pourtant seule susceptible de satisfaire à des exigences proprement philosophiques.Elle s'impose en ces termes :

"Si nous déterminons le concept d'a priori analytique au moyen de l'analytique formelle pure et conçue dans toute son extension,alors vient en question un nouvel a priori,un a priori synthétique  ou,en s'exprimant d'une manière plus caractéristique,un a priori qui a trait aux "noyaux",un apriori matériel et plus précisément

un a priori matériel universel qui lie en une totalité tous les domaines particuliers a prioriques et matériels.(...) D'après cela,tout a priori matériel ne fait-il pas partie d'un a priori universel,précisément celui qui prescrit à la matière  la forme apriorique pour un univers possible de l'existant ?"

(o.c.,§ 55, Deuxième section: De la logique formelle à la logique transcendantale,PUF,1965,p.205) Certes,cette ambition ne concerne pas les "techniciens mathématiciens" ( comme Frege...),mais uniquement les "logiciens philosophes" !

Nous oserons dire que cette opposition est choquante pour le philosophe lui-même ,et que si Kant avait pu connaître les développements qui ont bouleversé la logique a partir du milieu du XIXe siècle,il en aurait tenu compte tout autant qu'il a pu le montrer pour la science newtonienne et les travaux de Lavoisier.

Cependant, l'idée directrice de Husserl n'est pas inintéressante,car il appartient au philosophe -au philosophe logicien-mathématicien ! - de poser la question de" la forme apriorique pour un univers possible de l'existant".C'est pourquoi,en un sens assez différent de la distinction opérée par Heidegger,on ne peut éviter ,même si

cette expression parait déplacée dans un cadre wittgensteinien,de distinguer l'ontique de l'ontologique.Toute ontologie matérielle doit en effet,selon la formule de Husserl, s'accompagrer d'une doctrine "analytico-formelle de la science".

Or n'est-ce pas ainsi que procède le Tractatus ?Certes,aux interrogations que n'ont cessé de susciter les formulations relatives à "l'ontologie formelle" de l'ouvrage,aucune réponse satisfaisante ne peut être donnée (les 'objets' dont il y est question sont-ils des objets physiques ou des qualités sensibles,des "phénomènes" au sens de la "phénoménologie" ?

("La physique se différencie de la phénoménologie en ce qu'elle veut établir des lois.La phénoménologie n'établit que des possibilités."(Philosophische Bermerkungen,I,1)  .Carnap,dans son Logische Aufbau der Welt, poursuivant le même objectif  , déclare: "Nous devrons d'abord décider quels objets nous prendrons

pour éléments fondamentaux formant le premier niveau de constitution."(§ 61,tr.fr. VRIN,2002,p 135), son choix se portant sur "les vécus élémentaires sans sujet",et non sur les objets physiques.Quant à Wittgenstein,nous l'avons vu,son ontologie,homéomorphe de l'"analytique formelle pure",

peut écarter toute question de nature 'ontique' que la science elle-même (par exemple ,ondes ou corpuscules ?) se chargera non sans mal de règler par une succession d'accomodements plus ou moins boiteux,c'est--à-dire par le recours à divers types de modèles.

 

 

 

 tif

 

 

 

 

Créer un site gratuit avec e-monsite - Signaler un contenu illicite sur ce site

×